Actualités musique Musique

Les Dimanches Électroniques se payent le Dôme !

Depuis février dernier, les Dimanches Électroniques ont fait un bon bout de chemin. De la simple édition au Bocal jusqu’au stade du partenariat avec la mairie en passant par le Cargö, l’équipe a largement contribué au développement des événements electro à Caen. Ce nouveau souffle ne s’arrête pas là, puisqu’ils investissent le Dôme (ex-MRI) juste derrière le Cargö ce dimanche. Un lieu exceptionnel pour une programmation qui fait la différence, le rendez-vous est pris !

 

LE PROGRAMME

 

Depuis les débuts, les Dimanches Électroniques placent leurs programmations entre ambiance chill ensoleillée et fête berlinoise techno. Pour cette édition, ces deux facettes sont assumées à fond avec deux scènes : une techno et une house. Toutes les oreilles seront servies, d’autant plus que la programmation est aux petits oignons.

La grosse sensation sera la scène Techno avec le caennais Madame, auteur de trois EPs chez Boysnoize Records. Souvenez-vous, nous l’avions rencontré il y a un an pour dresser un portrait du monsieur.

Seront également de la partie : le prometteur Blicz et l’un des grands dinosaures de notre scène locale, Fred H.

 

 

Pour la scène house, les noms sont on ne peut moins prometteurs. C’est Folamour qui sera le maître de séance, et autant dire que si le besoin de chiller vous prend, ce sera le moment idéal. Écoutez plutôt !

 

 

Vous pourrez également apprécier B4roque en warm-up et quand même un petit vent techno pour s’ambiancer en milieu de soirée : Döwel.

 

 

 

LES EXTRAS

 

En plus de ce beau programme, l’équipe des Dimanches Électroniques vous livre de chouettes extras qui appuieront cette ambiance de mini-festival.

Graffeurs, coiffeurs (gratuit !), fléchettes, bar avec notamment vins et bières et des espaces chills. Tout pour passer une bonne après-midi/soirée, même dans le froid normand !

À propos de l'auteur

Pablo

Co-fondateur de Culturacaen.fr - Rédacteur Musique
Obsédé de mélodies et de bruits en tous genres. Aimer Jason Derulo, c'est ma plus grosse honte...