En Live Musique

On vous raconte : la fureur de Mass Hysteria au Cargö

Troisième passage en région en seulement quelques années, les légendaires et puissants Mass Hysteria revenaient pour une nouvelle tournée aussi dense que les autres. C’était costaud, et on vous raconte.

 

La soirée débute avec Crown Cardinals, activistes depuis déjà plusieurs printemps dans la ville. Pour un quatrième passage au Cargö depuis 2013, la bande s’est sans doute préparée à cette date plus que les autres. Le chanteur Max’ dira même que se retrouver en première partie des Mass est « un rêve de gosse ». Des frissons nous traversent le corps à l’écoute de cet alliage entre puissance et mélancolie. Le style est assez stéréotypé, c’est un metalcore mélodique à l’américaine classique. Mais cela ne retire pas notre sentiment que ce groupe mérite notoriété. Qu’est-ce qui manquerait à ces caennais ? Plus d’expérience scénique pour, notamment, développer une meilleure communication avec le public. Mais ces espoirs ont été vains quand Max’ annonça la séparation prochaine du groupe. On a un vrai pincement au coeur en apprenant la nouvelle.

 

Après des longues minutes à attendre, c’est l’heure de la « Furia ». Dès les premières notes, Mass Hysteria n’hésite pas à tout déboiter, comme à leur habitude. Le son est impeccable et le jeu de lumière splendide, que demander de plus ? Plus que jamais, le groupe affirme son engagement politique en ces temps troubles : Mouss’ affirme être contre toute la classe politique et appelle à voter blanc. Ceci va de paire avec les nouveaux morceaux tirés de l’album « Matière Noire », plus sombres, plus violents, et très philosophiques. On est marqué par « L’enfer des dieux« , titre traitant du fanatisme religieux avec un refrain à tomber. Le public déchainé n’aura pas échappé aux traditionnels “circle pit” et “wall of death”. Pour un mercredi soir, il y avait foule et c’est plaisant à voir. On retient aussi le moment où Mouss’ a invité les filles sur scène pour une reprise de “Enter Sandman” et “Respect to the dancefloor”. En bref : Mass Hysteria au top de leur forme malgré les années qui passent et de la puissance sonore en veux-tu en voilà. Un incontournable, définitivement.

À propos de l'auteur

Pablo

Co-fondateur de Culturacaen.fr - Rédacteur Musique
Obsédé de mélodies et de bruits en tous genres. Aimer Jason Derulo, c'est ma plus grosse honte...